En 2002, j’ai commencé à me familiariser avec les infrastructures, notamment en pilotant le projet d’externalisation des serveurs sensibles Truffaut. Immense projet que de déménager une quarantaine de serveurs, notamment les serveurs SAP, et surtout de changer une partie de la culture de la DSI. En quelques mois, celle-ci a en effet dû s’adapter en passant d’un mode « artisan expert » (les serveurs étaient tout près des bureaux des administrateurs) à un mode « industriel », avec le datacenter IBM – Collégien.

Encore aujourd’hui, je n’ai absolument aucun doute sur l’exploitation des serveurs dans un datacenter plutôt que dans l’entreprise. Je suis d’ailleurs un grand partisan du cloud, base de l’urbanisme des SI d’aujourd’hui.
La sécurité, les services associés (sauvegarde …), l’optimisation des coûts et la délégation de la complexité technique restent les arguments essentiels au datacenter. Bien sûr, il faut aussi que la DSI reste proche du fonctionnement technique des serveurs.

J’ai également conduit plusieurs projets de PRA (Plan de Reprise d’Activité), depuis les procédures de bascule vers les serveurs de secours, jusque la gestion d’une cellule de crise spécialisée dans la reprise d’activité.

Ces projets m’ont permis d’étudier dans le détail les dispositifs suivants :
   • Sauvegarde (à froid, à chaud, par delta), restauration, mirroring
   • Cœur de réseau : LAN, routeurs, switchs, brassage, câblage ethernet et fibre optique
   • WIFI et toutes les connexions sans fil
   • Dispatcher ou comment répartir la charge sur plusieurs serveurs
   • Serveurs de sécurité (proxy, firewall, SSO, …)
   • Annuaire Microsoft AD
   • Plusieurs logiciels de gestion de réseau : PRTG, Nagios, What’s up, suite Microsoft SCCM, …

La virtualisation est également un domaine que je connais bien. Je suis ainsi très familier avec les technologies Microsoft (HyperV) et VMWare. J’ai aussi eu l’occasion de gérer plusieurs centaines de clients légers avec Citrix XenApp sur des postes Wyse.

L’infrastructure, c’est aussi le réseau. Le WAN (réseau étendu, c’est-à-dire l’interconnexion de sites distants) étant une des lignes budgétaires les plus importantes, le DSI est toujours en première ligne sur ce sujet ! C’est ainsi que j’ai traité dans ma carrière plusieurs dossiers de WAN, en utilisant les technologies du moment (Transpaq, Numeris, ADSL, SDSL, VPN, …), avec plusieurs opérateurs (Orange, SFR, Colt, NTT, …). J’insiste aujourd’hui systématiquement sur le reporting du réseau, et notamment la gestion du QOS (Quality Of Service).

Tout cela dit, ma position aujourd’hui est de passer le moins de temps possible avec les infras et le réseau. Le cloud (PAAS et IAAS notamment) a totalement révolutionné l’approche de la technique. Et il est important de consacrer les ressources de la DSI aux métiers plutôt qu’à la technique.